Pourquoi la formation initiale ne permet pas toujours d'accéder à un emploi pérenne ?

formation

 

D’après le baromètre CEGO 2017, 99% des salariés estiment important de se former tout au long de la vie professionnelle

La formation est un levier stratégique pour les entreprises, comme pour les salariés, qui souhaitent monter en compétences.

Le choix de la formation est particulièrement important pour les jeunes diplômés. Mais qu’est-ce qui convient le mieux selon le projet des jeunes adultes ? La formation initiale ou continue ? Prenez connaissance des limites de chacune pour faire votre choix, et trouvez votre voie.

 

Les failles et les limites de chaque système 

  • De la formation initiale

La formation initiale débute pendant l’enfance et continue pendant l’adolescence et les premières années de l’âge adulte. Elle est délivrée aux étudiants par les établissements scolaires ou d’études supérieures. La finalité de la formation initiale est de délivrer un diplôme. Elle doit permettre à l’étudiant d’acquérir des connaissances propres au domaine dans lequel on souhaite travailler.

Nous constatons que les formations initiales servent principalement aux étudiants à apprendre à apprendre. Ces années décisives pour la suite apportent à l’étudiant des méthodes de travail, davantage qu’une formation qui mène à un métier précisIls sont principalement formés dans l’objectif d’obtenir un diplôme et non d’un métier. Cette logique fait de la formation continue un outil de sélection des étudiants avec la meilleure méthode d’apprentissage, plutôt que de les préparer véritablement à un métier.

Ainsi, certaines formations destinent ses étudiants à un métier qu'ils ne pratiqueront jamais. Les études d'archéologie, par exemple, forment rarement au métier même d'archéologue : l'accès aux métiers prestigieux sont restreint pas une forte sélectivité, sur concours ou sur l'expérience du candidat. 

L'exception s'applique cependant aux métiers réglementaires tels que les médecins ou les avocats, ou les métiers dits "manuels" où les formations initiales (BEP ou CAP) préparent réellement aux métiers. 

Votre guide sur la reconversion professionnelle dans l'informatique

 

Cette formation généraliste ne remplit donc pas les objectifs des étudiants qui souhaitent se former concrètement aux nouveaux métiers, avec des cours pratiques. Pendant cette période, les étudiants n’auront pas non plus l’occasion d’être exposés aux logiques et à la culture de l’entreprise.

Plus que jamais, les étudiants aujourd’hui souhaitent se spécialiser sur un secteur pour être rapidement opérationnels et acquérir des connaissances qui correspondent aux besoins du marché de l’emploi.

Cela est d’autant plus vrai pour les nouveaux métiers de la transformation digitale, qui demandent des compétences particulières et une maîtrise d’outils spécifiques comme Expert Big Data ou Cybersécurité.

Les contenus pédagogiques des formations initiales ne s’avèrent pas toujours suffisamment actualisés pour être pertinents et préparer efficacement à l’emploi sur ces métiers.

 les limites de la formation initiale

il est parfois difficile de trouver une formation qui correspond aux attentes du marché

A l’inverse, d’autres étudiants peuvent se chercher pendant longtemps et décident de se lancer dans une formation initiale sans viser de métier particulier. Leurs hésitations peuvent leur coûter cher car en se trompant de filière, par manque d’informations, ils retardent leur entrée dans la vie active. Ainsi, 80% des étudiants se tromperaient dans leur orientation

Une erreur fréquente de la part des étudiants est de choisir la formation selon le diplôme et non selon le métier.

Cette vision les conduit vers un diplôme qui ne correspond ni à leurs attentes métiers, ni aux attentes des recruteurs.

On observe en 2017 que l’ensemble des diplômés de formation initiale ont connu un taux de chômage de 17,8% à la sortie de l’école.

 

De la formation continue

Contrairement à la formation initiale, la formation continue s’adresse aux salariés, déjà en poste et intégrés au marché de l’emploi, ainsi qu’aux demandeurs d’emploi. Elle leur permet de parfaire leur formation initiale afin d’évoluer dans l’entreprise en développant leurs compétences, ou d’en acquérir de nouvelles dans le cadre d’une reconversion.

Ce modèle de formation est plébiscité par les entreprises qui cherchent à maintenir les compétences de leurs salariés à jour. Les salariés eux-mêmes et les demandeurs d’emploi reconnaissent l’efficacité des formations pour améliorer leur employabilité.

Les intervenants qui permettent à un salarié ou demandeur d’emploi d’accéder à la formation sont Pôle Emploi (qui gèrent l’indemnisation), l’Etat ou la région ainsi que les OPCA (qui gèrent l’argent de la formation, en charge de collecter les obligations financières des entreprises), et les organismes de formation (qui les proposent). Comme ils sont extérieurs au processus de recrutement, ces intervenants ne sont pas toujours en capacité de cerner les besoins du recruteur ou les réalités de l’emploi. C'est pourquoi, les entreprises elles-mêmes peuvent être à l'origine d'une demande de formation pour que leurs salariés se perfectionnent au sein de leur poste. 

 

La formation continue pour un retour à l'emploi

De plus, même lorsque la formation dispensée est de qualité et que le candidat une fois diplômé est très motivé, il n’arrive pas toujours à faire valoir ses nouveaux acquis. En effet, la personnalité du candidat est un facteur pris en compte par les recruteurs. Cet élément peut même peser lourd dans le choix des recruteurs. Même si les compétences correspondent parfaitement, parfois la personnalité fera échouer un candidat car elle ne correspond pas aux attentes pour un métier visé (la timidité par exemple peut être rédhibitoire pour un métier commercial).

 la personnalité du candidat est un facteur clé

La personnalité du candidat est un facteur pris en compte par les recruteurs 

 

Prendre en compte le recruteur et ses besoins

Même si vous avez intégré la formation qui correspond à votre projet professionnel, et qui vous forme au métier que vous souhaitez exercer, cela ne sera (toujours) pas suffisant pour décrocher le travail de vos rêves !

Comment est-ce possible ?

Le recruteur est celui qui a toujours le dernier mot.

En choisissant une formation qui répond à ses critères, vous mettrez toutes les chances de votre côté. Vous pourrez garantir une meilleure employabilité, en vous pliant aux réels besoins de l’entreprise et du recruteur.

Pour être sûr de répondre à ses attentes (et de montrer votre motivation), il faudrait pouvoir lui demander : « Si je me forme, est-ce que vous me prendrez en poste ? ».

Cette déclaration déclenche quasiment automatiquement une réponse positive de l’entreprise ! Grâce à cette méthode, les résultats de retour à l’emploi peuvent atteindre 90%. Pourquoi ? Car vous aurez acquis des compétences qui correspondent à l’emploi visé, et aux critères du recruteur.

 New call-to-action

Réagir