Comment rebondir après un licenciement ?

De nos jours on a tendance à vouloir “soigner” son emploi pour qu’il soit le plus pérenne possible. Alors qu’il serait bien plus intelligent de se préoccuper de son employabilité.

L’employabilité conduit en effet à un emploi ; l’inverse se produit rarement.

Votre employabilité vous assure de (re)trouver un emploi. Suite à un licenciement par exemple, il est souvent difficile de conserver son employabilité intacte, que ce soit lors d’une période de chômage, ou pour anticiper une deuxième moitié de carrière.

Quelles sont les solutions pour être accompagné durant ces périodes de transition ?

 

Le chômage et la spirale négative

Peu importe les raisons du licenciement, la perte d’un emploi engendre tout un processus de deuil : c’est une déchirure, un traumatisme.

Cette épreuve déclenche souvent une perte rapide de confiance en soi : on doute de nos compétences et de notre professionnalisme.

Les indemnisations dispensées par Pôle Emploi durant les deux années de chômage, ne permettent pas vraiment de maintenir un état d’esprit positif. L’erreur la plus fréquente est de penser que vous avez le temps de retrouver un emploi. C’est souvent à ce moment-là que vous perdez le rythme et que vous éloignez vos chances de reprendre une vie active.

 

freddie-marriage-151597-unsplash
La perte de confiance en soi peut vous faire douter de vos compétences et de votre professionnalisme

 

L’erreur de diagnostic

Lorsque vous cherchez un nouvel emploi, vous avez tout naturellement tendance à chercher dans votre domaine de prédilection : le marché dans lequel vous avez toujours évolué avant votre licenciement. Vous pensez, à juste titre, que vous pourrez valoriser votre expérience.

Pourtant, dans la plupart des cas, un licenciement a lieu non pas parce que vous ne correspondez plus aux attentes de l’entreprise mais parce que le métier que vous exerciez tend à disparaître. Le nombre de postes à pourvoir diminue, et la concurrence est par conséquent plus forte.

C’est ici que le deuil de votre poste antérieur doit avoir lieu afin de vous permettre d’ouvrir les yeux sur la réalité de l’emploi. Il est temps également de distinguer les aspects personnels et les aspects professionnels de la perte de l’emploi.

Si la cause de votre licenciement provenait d’un problème personnel : vous n’aviez plus votre place dans cette entreprise, dans cette équipe, pour des raisons de relations interpersonnelles.

Si la cause de votre licenciement est professionnelle : vos compétences cessent d’être essentielles, stratégiques ou nécessaires aux yeux de l’entreprise. Dans ce cas précis, il est difficile de postuler pour un poste similaire au vôtre, car la nouvelle entreprise aura les mêmes réticences que la précédente.

Si vous n’avez pas conscience que la cause est professionnelle et ne réalisez pas la problématique que cela constitue vous ne décrocherez que très peu d’entretiens. De ce fait, vous perdrez à nouveau confiance en vous et une spirale négative s’enclenchera.

Prendre conscience de ce phénomène permet de ne pas remettre en question votre personne, mais de remettre en question votre métier.

 

Se former sans attendre

 

Si votre métier ne correspond plus aux besoins du marché de l’emploi, c’est qu’il faut en changer.

 

Pour éviter la spirale négative liée au chômage, vous pouvez envisager d’occuper votre temps différemment : des formations proposées par Pôle Emploi vous permettent d’apprendre un nouveau métier.

Le premier avantage de ces formations courtes est de garder un rythme de travail, mais également d’enclencher une spirale positive, en accélérant le deuil de l’ancien poste.

Se former pour garder un rythme de travail
Suivre une formation durant sa période de chômage permet de garder un rythme de travail

 

Vous allez acquérir de nouvelles compétences tout en menant votre recherche d’emploi en parallèle. Cela vous valorisera également aux yeux du recruteur, rendant la période de chômage productive.

Mais il ne suffit pas de choisir une formation, encore faut-il choisir une formation qui débouche sur un emploi.

Le marché de l’emploi est très variable. Les formations qui ne débouchent pas sur un emploi ou sur un métier en tension sont bien trop nombreuses. Le risque ici est de vous retrouver face à une forte concurrence avec de l’expérience et des compétences, mais très peu de postes à pourvoir.

Il est donc important de trouver la bonne formation !

Se tromper de formation pourrait contribuer à entrer dans la spirale négative : si vous n’êtes pas recruté(e) à l’issue de votre formation vous pourriez remettre en question votre valeur personnelle.

 

Afin de trouver une formation qui répond à un besoin de recrutement, Pôle Emploi propose la Préparations Opérationnelles à l’Emploi Individuelles (POEI). Financées par Pôle Emploi, ces formations commencent par une promesse d’embauche d’un employeur avant le début des cours. Ce dispositif prouve la pertinence des formations proposées : vous êtes formé pour un métier qui recrute.

Le Groupe Fitec a ainsi développé le Reskilling pour accompagner les demandeurs d’emploi dans une reconversion réussie vers des métiers en tension, grâce à la POEI. Le reskilling vous permet d’acquérir des compétences nouvelles et recherchées, et de rebondir à la suite d’un licenciement.

 

Vous obtenez ainsi une formation et une certification, un emploi pérenne, et le plus important : vous reprenez confiance en vous.

 

New call-to-action

Réagir