Quels sont les accompagnements à l’emploi pour un jeune diplômé ?

Diplôme en poche, vous êtes maintenant prêt à affronter le monde du travail. Mais voilà, même avec un mastère, trouver un job tout juste en sortant de l’école n’est pas aisé.

Un challenge d’autant plus compliqué à relever lorsque votre équilibre financier en dépend. Pour autant, vous ne devez pas vous sentir seul face à cette situation.

Diplômés en recherche d’emploi, vous n’êtes pas seuls !

Des dispositifs d’accompagnements existent pour vous aider à décrocher votre premier poste. Ce sont des initiatives mises en place par l’État bien sûr, mais aussi par le secteur privé. Éclairage.

Les aides à la recherche d’emploi

 

Les aides existent pour les jeunes diplômés dans leur recherche de premier emploies  di^lAvant de se lancer dans la vie active, les jeunes ont souvent besoin d'un petit coup de pouce 

Le premier dispositif mis en place par les pouvoirs publics pour soutenir les jeunes diplômés dans leur recherche d'emploi et peut-être aussi le plus connu, c’est l’Apec.

Créée il y a maintenant plus de 50 ans, cette association a pour mission de vous accompagner de manière personnalisée afin de vous aider à établir un plan d’action efficace pour trouver un poste qui correspond à votre profil et votre formation. Vous êtes ainsi encadré par un consultant spécialisé dans l’insertion professionnelle qui vous guide pour optimiser votre CV, identifier les sociétés qui pourraient être intéressées par votre profil, préparer les entretiens d’embauche, etc.

De son coté, Pôle Emploi propose l’Accompagnement Intensif des Jeunes (AIJ). Ce dispositif s’adresse aux jeunes de moins de 26 ans, tout juste diplômés ou qui ont perdu leur emploi depuis moins de 4 mois. Ce programme a pour objectif d’accompagner de façon plus soutenue les jeunes qui éprouvent des difficultés à s’insérer professionnellement.

Ce système n’est pas sans rappeler celui de l’Apec. La différence réside dans le suivi post-embauche : en effet, vous continuez à être suivi même une fois votre job décroché afin de sécuriser votre insertion professionnelle.

Cette initiative semble porter ses fruits puisqu’une étude menée par la Direction des Statistiques, des Études et de l’Évaluation, montre que la probabilité de retrouver un travail dans les deux à trois mois suivant la fin théorique du suivi, est de 10 points supérieure à celle de demandeurs d’emploi non accompagnés au profil comparable.

Au niveau financier, vous pouvez également bénéficier d’une aide à la recherche d’un premier emploi (ARPE) sur une période de 4 mois si vous êtes titulaire d’une bourse, à la fin de vos études.

Être embauché puis se former

Même avec un Bac +5, vous pouvez rencontrer quelques difficultés pour décrocher votre premier job, en sortant de l’école.

Si, par exemple, vous vous êtes spécialisé dans un secteur peu porteur ou qui connaît un certain ralentissement ou avez choisi une formation trop généraliste, les recruteurs peuvent hésiter à vous sélectionner.

Egalement, si vous n’avez pas obtenu de stage longue durée en entreprise qui aurait pu étoffer votre CV et justifier de votre première expérience, vous pouvez avoir plus de mal à décrocher un entretien.

Parfois encore, vous avez les compétences mais n’avez pas encore le savoir-être attendus par les entreprises convoitées (difficulté à communiquer ses idées, manque de confiance en soi, etc. ).

 

La préparation opérationnelle à l'emploient un passeport pour l'emploi
La préparation opérationnelle à l'emploi permet d'être embauché avant même de débuter sa formation 

Pour pallier ces lacunes, l’État a mis en place, en 2009 la Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE). Ce dispositif géré par Pôle Emploi et les OPCA sert à vous rendre opérationnel grâce à la formation continue.

Le système mène tout droit vers l’emploi : un contrat tripartite est signé entre vous, l’entreprise qui s’engage à vous recruter à la fin de votre formation et les partenaires sociaux (Pole Emploi et OPCA). Le centre de formation s’engage de son coté à vous offrir une formation de qualité, en adéquation avec l’emploi proposé.

D’une durée de 3 mois maximum (400 heures), cette formation vous permettra de compléter vos acquis. De plus, vous n’aurez pas à dépenser un centime ! Son financement est, en effet, pris en charge par le recruteur (qui peut lui-même prétendre à des aides de l’OPCA).

Ce dispositif ouvre également des droits à l’Allocation de Retour à l’Emploi (ARE) de Pôle Emploi, qui varie en fonction de votre statut (indemnisé ou non).

Le secteur privé se mobilise pour l’emploi des jeunes

Les entreprises privées ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit de mettre en place une politique d’offre d’emploi en mesure d’aider les jeunes diplômés à s’insérer rapidement dans la vie professionnelle. La plateforme « Engagement Jeunes » en est un bon exemple. Tout est parti d’un constat fait par de grandes entreprises et de PME : faute de postes disponibles, il est parfois difficile d'embaucher les jeunes au terme de leur formation (alternance, stage long, etc.). PME et grandes entreprises se sont alors associées pour créer une plateforme sur laquelle elles partagent les profils des jeunes qu’elles ont formés et qu’elles ne peuvent recruter. Elles présentent ainsi à leurs sous-traitants, leurs filiales, ou leurs fournisseurs une main-d’œuvre qualifiée et directement employable.

Un autre collectif de grandes entreprises a mis sur pied, en 2007, « l’Opération Phénix » afin de proposer des opportunités d’embauche en alternance à des jeunes diplômés en Lettres et Sciences Humaines.

Souvent déconnectés du monde de l’entreprise, les jeunes concernés se voient proposer une formation alternée de 357 heures axée sur le marketing ou la finance… pour plonger dans le grand bain !

 

Découvrez votre nouveau métier

Réagir