Les 8 questions que vous vous posez quand vous voulez réorienter votre carrière à 40 ans

Changer de carrière : c’est un saut dans l’inconnu ! Mais avec une bonne préparation, une envie d’apprendre et des objectifs clairs, cela peut être la meilleure décision que vous n’ayez jamais prise ! Se réorienter à 40 ans peut ainsi devenir un nouveau départ vers une meilleure connaissance de soi et de nouveaux accomplissements personnels et professionnels.

Seulement, choisir une nouvelle voie n’est pas simple et il est légitime de se poser certaines questions existentielles : Il n’est pas trop tard pour moi ? En suis-je capable ?

L’important est de ne pas se lancer dans un processus de reconversion sans y avoir réfléchi et de  comprendre les différents enjeux que vous pourrez rencontrer.

 

1. Est-ce que je peux le faire ?

Si vous vous posez la question de la reconversion, c’est qu’aujourd’hui vous n’êtes plus satisfait par vos missions professionnelles au quotidien.

Puis vient le doute : vous vous demandez si vous en seriez vraiment capable. Il est tout à fait normal d’avoir peur du changement ! Ce n’est pas facile de prendre la décision de changer de voie et de travail.
Vous pensez peut-être être dépassé par les avancées technologiques. Certes vous n’êtes pas né avec un smartphone dans la main comme c’est le cas pour les plus jeunes mais vous avez connu suffisamment de changements technologiques au cours de votre carrière pour savoir encore vous adapter.

 

2. Est-ce qu’apprendre à mon âge ne sera pas plus difficile ? 

L'apprentissage n'a pas d'âge

Il n'est jamais trop tard pour apprendre !

Vous vous dites que les bancs de l’école, ce n’est plus pour vous ? Que votre capacité d’apprentissage s’est dégradée avec le temps ? Comment apprendre un nouveau métier dans ces conditions !

Vos craintes sont légitimes mais sachez que d’autres l’ont fait avant vous. Oui, en France la question de la reconversion n’est pas un tabou, bien au contraire, « plus de 9 personnes sur 10 souhaiteraient se reconvertir ou l’on déjà fait !»

 

3. Ce n’est pas trop tard ?

Le monde du travail a considérablement évolué. Vos aînés ont probablement travaillé toute leur vie dans la même entreprise, sans même penser aller voir ailleurs.  Mais aujourd’hui l’augmentation de l’espérance de vie, le taux de chômage élevé, ainsi que les bouleversements liés au numérique entraînent une plus grande mobilité professionnelle. L'écrasante majorité des Français (85 %) estiment qu’il est bon de changer au moins une fois de métier (cette opinion est partagée quelque soit l’âge).

 

4. Comment vais-je trouver le temps ? 

Passé le cap de la trentaine, entre les obligations sociales ou familiales, il est plus difficile de se rendre disponible. Un jeune célibataire de 25 ans pourra en effet plus facilement se lancer dans une formation et retourner à l’école tandis qu’à 40 ans, la gestion du temps est plus complexe ! En revanche, à 40 ans, vous avez appris à jongler avec les priorités. Vous trouverez un moyen d’aménager votre emploi du temps pour vous consacrer à ce projet ambitieux.

 

5. Par où commencer ? 

Après avoir exercé des métiers excitants, d’autres moins, vous savez aujourd’hui ce qui vous plaît. Vous avez donc bien une petite idée de ce que vous souhaitez faire, mais il serait contre-productif de foncer tête baissée sans avoir exploré toutes les options possibles.

Mettez par écrit toutes vos idées de secteurs ou métiers qui vous attirent. Cet exercice vous aidera à avancer dans votre réflexion, à mieux comprendre vos motivations et mettre en adéquation votre parcours et vos envies.

 

Evaluer vos compétences
Commencer par mettre par écrit vos idées et évaluer vos compétences !

Ensuite, n’hésitez pas à faire un bilan de compétences avec l’aide d’un professionnel, vous prendrez ainsi conscience de vos atouts, vos compétences et des valeurs qui animent vos choix.

Les résultats de ces échanges vont révéler vos aptitudes et besoins profonds, ce qui aidera dans la réalisation de votre projet professionnel.

 

6. Comment choisir un secteur porteur ? 

Au vu de la réalité de l’emploi en France, il est important de choisir un secteur qui embauche.

Mais comment savoir quels métiers recrutent ? Les cadres ont aujourd’hui de belles opportunités dans les métiers de la transformation digitale. Il n’y a qu’à voir les offres de formations courtes que nous proposons pour se rendre compte de la vitalité du secteur.

 

7. Quel type de formation pourrait me convenir ? 

Maintenant que vous savez quel nouveau métier apprendre, il ne vous reste plus qu’à acquérir les compétences nécessaires pour l’exercer. La façon la plus efficace pour se lancer dans votre formation est le reskilling. Il s’agit de signer une pré-embauche avec une entreprise avant de vous former. Le recruteur vous fait passer un entretien de pré-embauche, où votre motivation joue un rôle déterminant. Vous intégrerez l’entreprise directement après la fin de la formation si vous l’avez suivie avec assiduité.

 

8. Comment réaliser un CV fidèle à mon parcours professionnel ?

Passé 35 ans, il devient quasiment impossible de faire entrer toutes ses expériences sur une seule page. Pourtant, il est judicieux de s’y tenir et de réduire au maximum les éléments. Est-il vraiment pertinent d’indiquer votre stage de fin d’année d’école de commerce dans votre parcours ? Cette information n’est probablement pas très utile au recruteur. Indiquez plutôt quelques expériences marquantes en mentionnant les résultats obtenus. Cela vaut mieux qu’une longue liste d’entreprises et de postes.

 

 New call-to-action

 

  

Réagir